Rajeunir de 10 ans grâce au lifting malaire !

Le regard de la femme est, certes, l’un de ses premiers soucis. En voyant les cernes bruns et les pattes d’oie se creuser dans les profondeurs de son visage, la femme commence à paniquer et tirer la sonnette d’alarme : « Je commence à vieillir ! ». Ça va plus être votre problème mes chères ; je vous propose un lifting malaire qui va corriger les disgrâces provoquées par le vieillissement au niveau de la partie centrale du visage.

Qu’est-ce qu’un lifting malaire ?

Le lifting malaire ou encore lifting centro-facial est une intervention chirurgicale intéressant la partie centrale du visage. Il permet de repositionner les pommettes tombantes (affaissées) par rapport au relief osseux sous-jacent.

Ce repositionnement de la pommette permet d’enlever l’excès de peau fripée sur la paupière inférieure, c’est pourquoi en lui associe un lifting des paupières inférieures. Son objectif est différent de celui du lifting cervico-facial qui agit sur les bajoues et sur le cou.

Suis-je un bon candidat pour le lifting malaire ?

Les femmes qui envisagent effectuer un lifting malaire ont souvent plus de 40 ans mais cette technique chirurgicale pourrait être réalisée même avant afin de prévenir les rides et l’aspect aplati des joues.

De plus, il n’existe pas réellement un âge limite : même des femmes de 80 ans ont droit à cette chirurgie, ce qui compte c’est que la candidate doit être en bonne santé et ne souffrant pas de maladies cardiaques et pulmonaires par exemple et ça correspond à l’âge physiologique (état cutané, état de santé).

Lifting malaire : déroulement de l’intervention

Le chirurgien esthétique pratique une incision sous les cils de la paupière inférieure, associée à une autre incision à l’intérieur de la bouche afin de décoller les pommettes et la zone des cernes de l’ossature du visage.

En mobilisant le tiers moyen du visage, le plasticien peut ainsi rehausser la pommette en bonne position en moyen des fils fixés aux rebords osseux de l’orbite et va ensuite enlever la peau en excès.

Cette intervention dure deux heures sous anesthésie générale et nécessite une nuit d’hospitalisation.

Lifting malaire : quelles suites opératoires ?

  • Œdèmes et ecchymoses : gonflements et bleus au niveau de la zone opérée nécessitant presque un mois avant de disparaître
  • Douleurs et sensation de tension au niveau des paupières inférieures durant les premiers jours post-opératoires. Il faut donc se reposer.
  • Il faut arrêter de fumer un mois avant l’intervention et durant la période de cicatrisation.
  • Irritation de l’œil (rougeur) mais elle n’est pas douloureuse
  • Les cicatrices sont normalement cachées sous les cils et sous les cheveux. Elles s’estompent progressivement.

 

 

 

 

liposuccion